Moyen-âge

Publié le par Jean-Yves

Ca y est, comme il fallait s'y attendre, aujourd'hui 22 mai 2005, la chasse au loup est ouverte en Isère. Un "prélèvement" selon le terme cynique employé officiellement. A l'heure où je tape ces quelques mots, des hommes en arme, trop heureux et excités d'avoir obtenu du "ministre de l'écologie" l'autorisation de se faire la bête, le traquent et l'abattront sans sommations dès la première rencontre. Dans un combat forcément inégal et joué d'avance, les hommes lui feront payer sa présence pourtant légitime. La vengeance s'abattra sur lui, impitoyable.
La haine irraisonnée, presque mythique du loup a la vie dure.
Le problème dépasse par ailleurs largement celui du loup. Il s'agit d'une question philosophique fondamentale : celle du rapport de l'espèce humaine avec la Nature. Les hommes ne savent pas partager; tout ce qui les gêne ou ce qui ne sert pas directement leurs intérêts n'a pas le droit d'exister et doit disparaître.
Quand serons-nous débarrassés de ces attitudes moyenâgeuses, stupides, égoïstes et tyranniques?
 

Publié dans Coups de gueule

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

kfigaro 15/03/2006 17:28

Faut appeler la belle et talentueuse Hélène Grimaud à la rescousse ! ;)

La louve blanche 26/06/2005 13:55

Oui je suis encore d'accord avec toi !!
J'ai entendu une fois quelqu'un qui disait que le loup n'apportait aucun interet pour l'homme, alors que les moutons eux, produisent du lait. L'activité pastorale est un d'interet economique alors que le loup est d'un interet ecologique (et donc aucun interet direct pour l'homme). Et oui, d'apres certaines personnes, le loup n'a pas sa place car il n'a aucun interet direct pour l'homme ...
Alors que le loup a un interet ecologique certain. Il a été même prouvé a Yellowstone l'impact favorable de la présence des loups sur l'écosystème.
Alors oui je suis comme toi je pense que le vrai est celui du rapport de l'Homme et de la nature.

Nelly 22/05/2005 11:57

Bonjour,

Tout ce que vous écrivez sur la nature me touche et témoigne de votre sensibilité...
Il est une phrase d'un amérindien qui me sert de référence dans les cas où j'ai tendance à juger sévèrement un comportement si hostile au loup:
"Pour comprendre quelqu'un, il faut avoir marché sept lunes dans ses mocassins".
Oui, il faut déplorer la mort du loup mais chacun naît et grandit dans des conditions différentes...
Alors, dans notre Ligue aux convictions très fortes (solides comme un roc), nous tentons de nous mettre à l'écoute des adversaires, là où ils en sont de leur raisonnement, pour, si possible, les amener à nous écouter comme nous les écoutons...
Pour que, peut-être, quand Renaud sera grand, les mentalités seront différentes. L'évolution est un phénomène lent auquel nous essayons de donner des coups de pouce!
Amicalement,
Nelly