Juliette Gréco au Châtelet, 16 février 2007

Publié le par Jean-Yves

Quand elle entre sur scène dans sa grande robe noire,

c'est la Poésie en personne qui apparaît et marche au-devant de vous.

Puis sa voix chaude, veloutée, claire et grave comme un très vieux Banyuls mûri au soleil ensorcèle Ferré, Roda-Gil, Gainsbourg...

Et Brel,

avec le pianiste-compositeur du Grand Jacques, Gérard Jouannest lui-même...

Elle s'approprie chaque chanson et vous emmène, elle vous emporte dans son monde d'amour et de poésie.

Emotion.

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ambre 23/03/2007 19:03

Tu le dis très bien, j'étais là...