Un concert exceptionnel

Publié le par Jean-Yves

 
Cela faisait longtemps que je n'étais pas allé au concert et je reviens ce soir avec des étoiles plein les yeux et plein les oreilles.
J'ai assisté à un concert superbe au Théâtre des Champs-Elysées à Paris.
Au programme, les Rückert Lieder de Gustav Mahler et la monumentale Huitième Symphonie de Chostakovitch.
L'Orchestre National de France était dirigé par le très grand Bernard Haïtink. Un chef que j'adore, que j'admire depuis longtemps et que pourtant je voyais au concert pour la première fois ce soir.
Il faut retenir le nom de la jeune mezzo-soprano Christianne Stotijn qui a magnifiquement interprété les lieder de Mahler. Une voix splendide et une sensibilité, une musicalité bouleversantes. Impossible de ne pas être ému aux larmes par ces Lieder sublimes.
Quant à la Huitième de Chostakovitch, sorte de "Requiem de guerre" puisque écrite et créée en 1943, c'est un bouleversant monument d'une heure (composé en seulement deux mois !) qui se termine dans un incroyable do majeur désolé et désespéré. J'ai encore, deux heures après la fin du concert, ces soupirs de flûte et ces sombres pizzicati de contrebasses qui résonnent dans mon oreille.
L'Orchestre National, en grande forme, était dirigé par un Bernard Haïtink tout en précision, en noblesse, en efficacité et en sobriété. La grande classe ! Il fallait le voir déchaîner d'un geste à la fois simple et redoutablement précis les plus terribles fortissimos d'orchestre, d'une main gauche souple et expressive conduire une phrase de violons ou de clarinette, ou mener jusqu'au silence le morendo final dans un étonnant mouvement ascendant des bras.
Un grand moment de musique...

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Yves 05/12/2005 16:00

Gardez-en quand même un bout de chaque pour écrire ;-)

Jean-Christophe Heckers 05/12/2005 15:26

Et dire que j'ai dû louper ça...
Je m'en mords encore les doigts.