Mahler par Boulez sur Arte

Publié le par Jean-Yves Malmasson

En fait ce n'était pas tout à fait en direct, mais avec quelques heures de différé puisque le concert avait été donné le matin même.
Superbe interprétation de la Symphonie Résurrection par Pierre Boulez, qui porte très allègrement ses 80 printemps.
Sa gestique toute en sobriété mais très efficace laisse s'épanouir la musique dans tout son lyrisme et son amplitude. Je suis toujours frappé, en voyant diriger Boulez, par le décalage apparent entre son apparence, qui peut paraître froide et analytique, qui ne laisse transparaître aucune émotion, et ce qui émane de l'orchestre du point de vue sonore : grande expressivité, souplesse, puissance.
Le seul petit détail dont je ne soie pas vraiment "fan", c'est les accelerandos dans les gammes en double-croches des cordes, tout au début du 1er mouvement. J'ai également noté un ou deux passages où l'on devine nettement que ce ne sont pas les pages que Boulez préfère chez Mahler; je pense par exemple à l'un des trios du 3ème mouvement, où les trompettes chantent une mélodie assez suave accompagnées par force harpes et trilles de flûtes. Boulez a pris ce passage-là assez vite et on sentait bien qu'il se refusait absolument à tout laisser-aller, qu'il y redoutait comme la peste tout sentimentalisme; personnellement j'aime mieux quand même un peu plus d'abandon et de lyrisme à ce moment-là. Mais ce ne sont que quelques minuscules réserves toutes personnelles sur des détails.
Sans atteindre à l'émotion exceptionnelle de celle d'Abbado à Lucerne en 2003, cette magnifique interprétation m'a beaucoup séduit. Quelle musique !

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article