Foie gras

Publié le par Jean-Yves

Dans la série "un peu de culpabilisation", voici une petite réflexion pré-festive et anticonformiste.
J'expose ici assez fréquemment mes points de vue sur la défense des animaux; on ne pourra donc pas me taxer d'anti-écologisme, si tant est que cela puisse exister sérieusement.
Mais cette fois-ci, une fois n'est pas coutume,  je vais aller à contre-courant de certains défenseurs zélés de nos amies les bêtes, comme nous les appelons quelquefois avec condescendance.
Je veux parler du foie gras. On dit parfois que le gavage imposé aux oies et canards serait une torture pour ces pauvres volatiles; or, contrairement à cette idée reçue, il semble bien qu'il n'en soit rien.
En témoigne ce texte trouvé sur l'excellent site Tatoufaux.com, qui recense et démonte nombre de préjugés et d'idées reçues que nous avons tous :

Certains défenseurs des animaux pensent que le gavage des palmipèdes (canards, oies) est une maltraitance envers les animaux. Il faut dire que la scène du gavage est assez spectaculaire et que notre gorge se serre à la pensée de cet embucq qui nous entrerait dans le gosier.

Nous oublions cependant qu’un gosier de canard est conçu pour avaler de grosses proies sans mâcher et pour ingurgiter graines et cailloux qui seraient mal supportés par notre gorge sensible.

Des chercheurs ont essayé de mesurer la douleur et l’angoisse du canard au moment du gavage. Ils ont donc observé leur comportement, examiné les neurones du tube digestif, de la moelle épinière et du bulbe rachidien pour voir si elles étaient stimulées par une quelconque douleur.

Leur conclusion est que le palmipède ne souffre pas pendant le gavage. Il se crée même une certaine familiarité avec son gaveur habituel qui peut l’approcher et l’attraper beaucoup plus facilement que quelqu’un d’autre, ce qui peut montrer que le canard ne le considère pas comme son tortionnaire.

Vous pouvez donc continuer à déguster votre foie gras sans arrière-pensée.

-  Les études sur le gavage

De même, le foie gras n'est absolument pas, comme on l'entend dire quelquefois, un foie auquel on aurait donné la cirrhose :

Ceux qui ont déjà vu un foie cirrhotique savent que son aspect n’a rien à voir avec la beauté blonde et lisse d’un foie gras. Pourtant beaucoup de gens pensent que le gavage des palmipèdes (canards, oies) aboutit à cet énorme foie en créant une cirrhose chez le pauvre volatile.

Il est bien démontré maintenant que le foie de ces oiseaux leur sert de lieu de stockage de la graisse. C’est leur culotte de cheval. Dès que le gavage s’arrête et que le canard est mis à la diète, son foie reprend son volume initial.

Avec Tatoufaux, vous avez appris que le gavage n’est pas douloureux et maintenant vous savez que le foie gras n’est que du foie... gras.

Bon appétit !

-  Tout sur ce phénomène

Mangez donc votre foie gras avec plaisir et débarrassés de ce sentiment de culpabilité qui est tellement à la mode !

 

Publié dans Ecologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Yves 03/12/2006 00:40

Non, en effet la souffrance n\\\'est pas l\\\'apanage de l\\\'être humain.
Oui, en effet - et j\\\'assume le paradoxe -  on peut s\\\'émouvoir des traitements infligés aux animaux dans les élevages, le transport et les abattoirs et pourtant aimer manger de la viande.
Mais pardon, c\\\'est toujours trop facile de parler d\\\'hypocrisie. C\\\'est un mot pratique, passe-partout.
Ne vous en déplaise, j\\\'ai bien le courage de mes opinions, mais ce n\\\'est pas celle que vous me prêtez - abusivement - avec votre doigt accusateur. Sur le fond, vous déformez mes propos et sur la forme, je n\\\'ai aucun accent, même pas bucolique.
Si l\\\'on suit votre raisonnement jusqu\\\'au bout, il faut aussi accuser le lion qui tue le zèbre, le renard qui tue la poule ou la mante religieuse qui tue le criquet.
On touche à l\\\'absurde.

White Raven 02/12/2006 19:16

Ah bon, être omnivores, c'est notre nature ? Je pensais naïvement que l'être humain était assez évolué pour faire des choix conscients quant à son comportement alimentaire.On se déculpabilise comme on peut... même si on doit pour cela croire les yeux fermés les vérités assénées par des scientifiques en cheville avec les producteurs. Au fait le nuage de Tchernobyl s'est bien arrêté à nos frontières...Tant que les huîtres et les homards ne crieront pas "Au secours !" au moment de passer de vie à trépas, ne viendra t-il donc jamais à l'esprit des uns et des autres que la souffrance  (oui, celle qui fait mal et que l'on cherche à fuir) n'est pas l'apanage de l'être humain? Pour ma part, dans le doute, je préfère m'abstenir.Le problème est bien l'hypocrisie et la demi-mesure des personnes qui s'insurgent devant des images d'abattoir, de chasse à courre ou de tauromachie mais qui d'un autre côté se rassasient de poulets ou de veaux élevés en batterie, d'animaux transportés dans des conditions lamentables, etc.Ayez le courage de vos opinions et de vos bidons une bonne fois pour toute que diable ! Et clamez haut et fort : "Les animaux on s'en fout, on veut se taper la cloche car il n'y a que ça qui compte dans cette vis qui est déjà si courte (accent bucolique de rigueur)" au moins les valeurs des uns et des autres seront plus claires...Bien à vous,StéphaneP.S. : Petit détail, les oeufs que l'on trouve à la vente ne sont pas fécondés et ne peuvent donc par nature être des poules en puissance...

hernandez 06/10/2006 02:54

comme tout bon musicien ayant fait ses premières armes dans les harmonies fanfares de bourgogne, je n'ai rien du canard. D'une multitude de canards...peut-être (et je ne vise pas mon copain Michel).Par contre pour ce qui est de la cirrhose, je m'insurge!
Nous qui avons été gavés dès l'âge de huit ans au Kir (aligoté de st Bris), et à la gnole du pére Bouchet (ça, faut avoir été initié), je peux dire que le meilleur repas aprés une gueule de bois c'est le foie gras, ou les huitres. Quand à mon dernier examen médical de radiologie, le docteur m'a dit que j'avais le foie un peu gras. Je serai donc bon pour Noêl! Quant à la cirrhose du canard, l'avait pas qu'à aller autant au bistrot! Moussorgski pense comme moi.
Allez, pas d'angoisse, "le canard est toujours vivant!"
 

Jean-Yves 22/12/2005 16:50

Merci pour ce commentaire contradictoire.
Mais encore une fois, ce qu'il y a d'agaçant dans cette affaire, c'est qu'il s'agit comme d'habitude de culpabiliser les gens.
On peut discuter du fait que le gavage soit une torture ou non; certains disent que c'en est une, d'autre prétendent que non et chacun a ses arguments.
Si l'on suivait ce type de raisonnement jusqu'au bout, on pourrait aller jusqu'à ne plus manger de viande du tout, ce que font d'ailleurs les végétariens. Pourtant nous sommes bien omnivores, c'est notre nature. Si certains peuvent se passer d'un bon gigot, moi pas, je suis désolé.
Et puis si on va par là, plus d'huitres parce que leur verser du citron et les manger vivantes c'est cruel.
Ne plus ébouillanter les crevettes ou les homards.
Plus d'oeufs parce que c'est une poule en puissance.
Je crois sincèrement que c'est se tromper de combat et que cela tourne à l'absurde.
La cruauté envers les animaux, je suis le premier à la condamner; parlez-moi de tauromachie, de chasse à courre, de chasse tout court, de trafics d'animaux, là oui, je m'insurge. Si je veux pouvoir continuer à manger du foie gras de temps en temps sans être montré du doigt, ce n'est pas par "tradition", mot qu'on galvaude pour essayer d'excuser nombre de nos travers. C'est parce que j'aime ça et que je ne crois pas que la souffrance, si souffrance il y a, infligée aux animaux soit si grande que certains le disent. A ce compte-là, je préfère ne plus manger de poulets élevés en batterie, ce qui est pour le coup une véritable torture pour les animaux.
Ce que je fais d'ailleurs car ils ne sont franchement pas bons.
 

Caroline 22/12/2005 14:40

Je ne peux pas être d'accord avec ces conclusions en ce qui concerne le gavage, bien que j'aurais souhaité trouver des preuves déculpalisantes moi aussi. J'aime beaucoup le foie gras, mais prise d'un doute quant aux arguments de la filière foie gras (arguments à visée économiques exclusivement), j'ai effectué de nombreuses recherches et j'en suis arrivée à la conclusion que le gavage est une souffrance infligée à un animal, qui enfreint la loi contre les tortures envers les animaux, pour la seule raison que cela correspond à une tradition française .
Je vous invite à consulter le site: www.stopgavage.com.
Caroline